Les carnets d'Ivory

Aller en bas

Les carnets d'Ivory

Message par Ivory Doucenuit le Mer 7 Mar - 10:00

Je suis née dans un autre monde. Comme beaucoup de gens d'ici. J'appartenais vraiment à cet autre monde. J'y connaissais les codes par coeur et je m'y étais intégrée de façon remarquable.
Je pourrais vous expliquer quelle personne presque importante j'étais, mais soyons clairs : tout le monde s'en fout.

Je me nomme Ivory. Je suis humaine. Vous l'aviez deviné, je suppose ? Je n'ai pas d'oreilles pointues, ni de peau bleue. Je suis blonde, plutôt petite et bien musclée. La chose la plus remarquable chez moi, ce sont mes yeux. J'ai les yeux turquoises. Un mélange de bleu et de vert qui surprend un peu au milieu de mon visage banal.

Je ne suis ni une artisane, ni une artiste. Ne comptez pas sur moi pour les réflexions intenses et philosophiques, je n'ai rien d'une érudit. Je suis une guerrière. Ou une chasseresse. Oui, sans doute plus une chasseresse qu'autre chose en fait.
Vous me verrez accompagnée d'un bébé humain, Guillaume, mon neveu.

J'arrive d'un endroit où j'ai laissé ma jumelle, Emilie, et quelques amis. Je suis censée être ici avec Sathir, mon âme soeur, mais visiblement, la Forêt a décidé de nous séparer. Si vous le voyez, dites-lui qu'il me manque et que la vie sans lui est un supplice.



Je relisais ces quelques lignes et faillis brûler la page. C'était si pathétique. Mais où diable était passée ma verve, ma plume, mon entrain pour la rédaction ? Je savais néanmoins qu'il était impératif que je note ce dont je me souvenais. Ma mémoire partait malheureusement en quenouille.
Guillaume me fixait toujours, sans fléchir.

- Eh, petit démon, et si au lieu de me transpercer du regard, tu dormais un peu ? Tu dois être fatigué.
- Maman.

Je restais stupéfaite.

- Heu... non. Moi, c'est tata Ivory, tu te souviens ? Maman est restée sur l'île.
- Parler maman.
- Tu m'as entendu en parler à Nishant, j'imagine. Oui, on va tenter de parler à maman.

Un filet de sueur froide me coula le long du dos. Je n'étais pas très intime avec les bébés, mais il devenait clair que nous étions dans la Forêt depuis plus longtemps que je le pensais. Jamais un bébé d'un an ne dirait autant de mots aussi facilement.
On allait avoir un problème de taille d'ici peu de temps. Il fallait que Saloué nous aide, de toutes urgences.

_________________
"J'ai éclaté en sanglots. J'ai un faible pour cette expression. On n'éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats."
Albert Espinosa.
avatar
Ivory Doucenuit

Messages : 7
Date d'inscription : 21/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum