[Texte d'ambiance] Souvenir de la cour des ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Texte d'ambiance] Souvenir de la cour des ombres

Message par kalika le Lun 20 Fév - 20:31





Souvenir de la cour des ombres

En tant que princesse, il est de notre devoir de nous présenter au roi des rois et à la reine des reines quand nous étions mandées.
Mes sœurs s’extasiaient toujours de leurs invitations alors que moi, je n'y voyais qu'un bal pompeux et ennuyeux sans aucun intérêt si ce n'est peut-être… Torturer un partenaire de danse ou l'autre.
C'est fou comme un talon peut glisser sur un carrelage brillant et se perdre avec force sur un pied masculin.
J'avais donc le sourire à cette perspective tout en enfilant la tenue que ma mère avait fabriquée pour moi. Les étoffes de taffetas coulaient sur mon corps comme une rivière coule d'une montagne. Elles étaient fluides et douces, dénudant mon dos pour laisser place à mes ailes ombrageuses.
Quelques bijoux composés de racines d'un bleu nuit presque identique à ma robe, laqués d'un vernis brillant et j'étais prête à partir.

Afin d'éviter les convois et la foule, nous avions contournée la route principale. Je me souviens du doux bruit des os se brisant sous mes bottes une fois dans la clairière. La vue était spectaculairement cadavérique, des crânes, des cages thoraciques, quelques corbeaux et des arbres hantés isolés où se balançaient sous la brise des pendus frais ou non.
La reine avait un goût prononcé pour la décoration à n'en pas douter.

J'étais soulagée quand enfin on arrivait aux portes de la bâtisse, marcher autant pour si peu ne m'avait jamais mise de bonne humeur. Un pingouin à l'air lugubre, entendez par là un servant dans une tenue ridicule, nous mena à travers les troncs entrelacés formant les différents halls à la salle centrale et principale. Le plafond était ouvert, donnant sur une nuit dégagée et sans nuages dont les étoiles n'avaient rien de naturel. Quelques feux follets éclairaient la pièce et une tripotée de gens s’agglutinaient devant et autour du trône. Je pu reconnaître quelques mangeurs de chair comme mon père, une ou deux sorcières par ci par là, une poupée articulée et bien éveillée qu'on avait un jour reçu dans notre auberge et enfin les souverains. Il n'y avait pas de mots pour eux, ils étaient… Magnifiques, majestueux, deux êtres élancés à la peau cyanosée, aux cheveux longs, noirs et brillant de santé. Ils avaient tout deux des traits communs. Ce qu'on pouvait attendre évidemment de deux faux jumeaux. Le ventre de la reine s'était arrondis et c'est alors que je compris. Nous étions tous là pour cette annonce, pour ce miracle ! Nous aurions bientôt un prince ou une princesse qui plus tard, régnerait à son tour.
J'avais alors un léger sourire au coin des lèvres, ce qui allait être interprété à tord par un de ces… buveurs de sang à la peau tellement diaphane qu'elle jurait avec la noirceur de la mienne.
Il m'invita à danser, tendant une main dont je sentais déjà le froid sans même la toucher, vers moi. J'allais cracher mon venin quand je sentis le regard sévère de ma mère sur moi. Cette fichue sorcière savait à l'avance ce qu'on allait faire. Je me résolu dés lors à accepter l'invitation de cette asperge sentant le vieux bouquin moisi. Il déposa sa main sur ma hanche et l'autre éleva mon bras pour préparer une valse… Bon sang qu'il était froid, si j'avais voulu de la glace, je me serais procurée de la neige à la framboise et pas un cadavre marchant !
Il s'élança, bon danseur à première vue, à travers la salle me faisant tournoyer avec légèreté. Je gardais pour ma part à l’œil ma mère qui n'avait pas que moi à surveiller. Et dés qu'elle détourna son attention, j'en profitais pour tenté d'exploser le pied de mon partenaire de danse.
Et j'échouais lamentablement, il me souleva d'une petite enjambée, esquivant ma botte. Son regard bleuté se teinta d'un amusement certain et même d'un air de défiance.
C'est ainsi que le jeu commença.
J'essayais sans cesse de le meurtrir et lui esquivait de sa grâce surnaturelle. Il était d'un agaçant !
Il gardait un indicible sourire que j'aurais aimé lui arracher de la bouche avec mes ongles.
Quand la danse fut terminée, je le laissais après un mauvais regard et espérait sincèrement qu'il n'oserait plus me faire l'affront de me quémander une danse.
S'il pensait pouvoir me mordre durant la soirée, il pouvait toujours courir.
Quand l'heure arriva de partir, après les diverses présentations officielles, j'étais heureuse de rentrer enfin chez moi. Toutefois, j’eus un dernier regard pour le buveur de sang, je devais l'admettre, il m'avait divertie et au final il n'avait pas été si déplaisant.
C'est le seul bal dont je me souviens réellement, le seul ayant un peu de tangible dans ma mémoire, une emprunte.
Mais laissons le passé au passé.


avatar
kalika
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 16/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://foretobscureuo.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum